La dérive des continents

30/10/2013

Des lieux

PAR CHARLES VINCENT

Fragilisée par le vent, une mince pellicule huileuse dérive en de petits continents. Territoires nouveaux, espaces éphémères. Je me plante les pieds dans les herbages séchés. J’observe. Je scrute. Je rêve. Mes ruisseaux comme un appel au voyage. Mes étangs comme un faux-fuyant par où s’échappent temps et contretemps. Dans le petit, l’infiniment grand. À moins que ça ne soit le contraire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
, , , , , , , , ,

À propos de desgensetdeslieux

L'intention est de mettre en lumière par les mots et la photo la poésie des terroirs. Les gens comme les lieux. Située au carrefour de l’histoire, de l’écriture et du multimédia, l’approche est impressionniste et sans prétention. À la base, le principe que l’on peut fréquenter un lieu des milliers de fois sans jamais qu’il ne donne à voir le même tableau.

Voir tous les articles par desgensetdeslieux

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

2 Commentaires le “La dérive des continents”

  1. mooonalila dit :

    Ces photos sont de vraies merveilles !!! Bravo !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :