Déambulations intra-muros

31/10/2013

En chemin

PAR GILLES ORGERET

Marcher, errer sans but, laisser les yeux se poser d’eux-mêmes sur ce qui m’entoure.

Happé, capté, captivé, étonné par les scènes, les décors, les gens, les détails, l’ensemble.

Les murs, les fenêtres fermées, ouvertes.  Le plein soleil, l’ombre la lumière. Les nuances, les teintes. Le métal, le bois travaillé ou brut. Un angle de trottoir. La rouille. Un vantail de porte.

Les taches, l’imperfection. Un mur écaillé. Une silhouette. La patine du temps sur ce qui est.

En nous et tout autour de nous.

Un couloir qui donne sur une cour, puis une allée, une cage d’escaliers, une autre cour, un couloir, la rue.

Ce qu’on ne voit plus ou pas. Qui ne nous semble pas digne d’être regardé ou assez beau.

Mais qu’est-ce qui est beau, et pour qui?

Être vraiment là où je me trouve. Malgré les états intérieurs, extérieurs. Malgré eux et surtout je crois, grâce à eux. Et donc enregistrer pour une postérité immédiate.

Je déambulais ces jours-là dans Nasbinals, Lodève, Lunas, Le Puech, Octon ou, il y a quelques mois dans celle qui fut ma ville Villefranche S/ Saône ou Lyon.

Je pratique toujours la marche en ville. En terre connue ou pas.

D’une époque lointaine, j’ai gardé le goût pour les déambulations à l’intérieur des murs d’une cité.

C’était le temps des escales dans un port. Jamais suffisamment longues pour approfondir un pays et les gens qui l’habitent. Je mettais  néanmoins à profit ce laps de temps, ces bribes de temps et d’espace pour m’emplir les yeux.

En marchant au hasard, au senti. Dans les ruelles qui menaient du port à la ville. Jusqu’aux quartiers excentrés populaires ou bourgeois suivant les villes, les pays. L’époque.

Quittant la mer pour un moment. Mettant pied à terre.

Prendre le temps de prendre le pouls de la cité. Se fondre parmi ses habitants. En déambulant.

Et petit à petit voir ce qu’ils voient tous les jours. Sans s’en douter.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À propos de desgensetdeslieux

L'intention est de mettre en lumière par les mots et la photo la poésie des terroirs. Les gens comme les lieux. Située au carrefour de l’histoire, de l’écriture et du multimédia, l’approche est impressionniste et sans prétention. À la base, le principe que l’on peut fréquenter un lieu des milliers de fois sans jamais qu’il ne donne à voir le même tableau.

Voir tous les articles par desgensetdeslieux

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

8 Commentaires le “Déambulations intra-muros”

  1. ϕlippe dit :

    j’adore la verrière !

    Réponse

  2. gilles dit :

    Une bâtisse inaccessible à Lodève. Peut-être l’ancienne Poste. Pleine de mystère et au dire d’une passante rencontrée ce jour, magnifique à l’intérieur: Boiseries décos d’un autre temps.

    Réponse

  3. Lectures au Coeur dit :

    Un texte d’une grande beauté …

    Réponse

Rétroliens/Pings

  1. Déambulations intra-muros II | desgensetdeslieux - 05/05/2014

    […] Voir aussi: déambulations intra-muros […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :