New York | Le Park, sous la pluie

12/04/2014

Des lieux

PAR CHARLES VINCENT

Petite escapade en territoire newyorkais. Un terroir aux antipodes du mien, si tant est qu’on puisse envisager la chose sous cet angle.

C’est tout naturellement que le rural que je suis se dirige vers Central Park.

Il pleut. New York fait la grise mine.

Je flâne sur les sentiers délaissés. Des écureuils fouillent le spongieux, quelques bernaches font une pause sur l’Étang, tandis que des moineaux affairés récoltent tissus et brindilles.

C’est le printemps.

Des touristes japonais se prennent en photo devant la fontaine Bethesda. New York City. L’Amérique. Le rêve d’une vie.

Sous la voûte, un quatuor de chanteurs élève les cœurs et les esprits. Une pause s’impose. Quelques billets aussi.

Non loin, une petite troupe s’affaire à calquer le réel. Comédiens, caméraman, preneur de son, avec New York en toile de fond.

J’étire le temps, et son printemps. Je traque dans les bassins les reflets de cette ville qui, dit-on, ne dort jamais. New York, tu m’avais manqué.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
, , , , , , , , , , , , , ,

À propos de desgensetdeslieux

L'intention est de mettre en lumière par les mots et la photo la poésie des terroirs. Les gens comme les lieux. Située au carrefour de l’histoire, de l’écriture et du multimédia, l’approche est impressionniste et sans prétention. À la base, le principe que l’on peut fréquenter un lieu des milliers de fois sans jamais qu’il ne donne à voir le même tableau.

Voir tous les articles par desgensetdeslieux

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

5 Commentaires le “New York | Le Park, sous la pluie”

  1. Lectures au Coeur dit :

    « J’étire le temps, et son printemps » …
    Je vous lis et tout à coup, la poésie de votre texte bouscule mon emploi du temps. J’oublie la sarabande endiablée des minutes qui roulent une à une sur le cadran des horloges et je savoure … l’image d’un temps élastique, l’allitération en « t », et l’éternelle mélancolie…
    Pour ces promenades en poésie, merci à vous …
    Odile

    Réponse

  2. kristelsaintcyr dit :

    Beaux instants de poésie, beaux instants de vie, comme un rêve s’éveille, la magie de New York, l’éternité de la beauté, et la mélancolie est miracle de lumière !

    Réponse

  3. christine dit :

    j’attends ces bulles avec impatience. NY le mot magique

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :