Le château fantôme

31/10/2014

Des lieux

PAR GILLES ORGERET

Nous errons au jugé depuis quelques heures en ce pays d’Oc. La boussole indique pourtant bien le nord comme à son habitude, mais là où nous arrivons et étions attendus, n’est en fait point là !

Oui je sais cela semble confus. Qui plus est ce n’est pas dans nos habitudes de ne pas savoir où nous sommes ni où nous allons.

Voilà, en deux mots : Un couple d’amis (appelons les Pierre et Marie ) nous avaient convié à nous joindre à eux pour une découverte d’un des plus beaux pays au monde: j’ai nommé: la Haute-Loire, terre où est né et a grandi Pierre.

Ils nous en parlaient depuis le siècle dernier. « Il faudrait, un de ces jours, vous verrez, le Grand Cañon à côté, c’est quetchi!: La Haute-Loire, ses prairies en fleurs, ses rivières couvertes de truites, sa campagne profonde, ses volcans éteints, mais tout de même! …» et de rajouter

« Il faudra néanmoins prendre des petites laines, car même en été il peut faire frais. Il suffit d’un rien, un orage, le brouillard, et même parfois un soupçon de neige. Un peu comme sur l’Aubrac. Il y a deux saisons: l’hiver et le 15 août!»

Des galéjades vous dis-je.

Ces deux vieux amis nous les connaissons depuis longtemps. Nous les aimons. Mais connaissons aussi, comment dire, leur guigne. Car c’est de cela qu’il s’agit. Ils nous l’ont conté souvent. Ils ne se déplacent jamais sans leur scoumoune. C’est ainsi. Depuis le temps nous aurions pu écrire un bouquin.

Nous avions donc rendez-vous à deux heures d’ici, au gîte des Deux Bachats sur la commune de Moudeyres.

Un lieu splendide au hameau de La Rose au pied du Mont d’Alambre.

Vincent et sa petite famille, les hôtes, ne nous attendaient donc pas, et pour cause, le gîte retenu par Pierre et Marie se trouvait au hameau de Bouchit, sur la commune de Queyrières à 30 km plus au nord…Et pourtant ils nous avaient donné rendez-vous aux Deux Bachats?

Mais qu’est-ce que nous étions bien chez nos «pas-hôtes». Ils nous ont reçus avec une grande gentillesse. Se mettant en quatre pour nous aider à décrypter cette énigme. Et puis nous étions en terrain connu. Ils sont  accompagnateurs moyenne montagne et Vincent est ornithologue. C’était l’anniversaire de la petite dernière, 3 ans. Alors jus de fruit, apéro et tout et tout. Installés au grand air face à la beauté du monde. Les jumelles à portée de la main. Le guide ornitho itou.

Ils nous ont indiqué les bord de l’étang des Barthes où nous serions bien pour passer la nuit dans le vieux Trafic, avec concert de grenouilles, et de Grand-duc en perspective.

Pendant ce temps Pierre et Marie que nous avions fini par joindre, perdus dans les embouteillages du côté de Saint-Étienne nous annonçaient qu’ils venaient à notre rencontre pour nous remettre sur le droit chemin à coup de GPS et d’humour bienvenu!

La nuit était tombée. Les grenouilles coassaient. Le dernier rouge-gorge lissait sa mélodie du soir.

Les explications de Pierre et Marie furent confuses, mais l’erreur profitable. La mise en forme de la fameuse théorie du chaos en quelque sorte.

L’imprévu qui se solde par une belle rencontre.

Le lendemain nous écumions les sentiers, dans un paysage de Sucs, ces volcans éteints de quelques 12 millions d’années, autour de Queyrières.

Ce petit village est construit à côté et autour d’un dôme de basalte issu de l’activité volcanique de ces temps reculés.

Les maisons et son église du XIXème ont été construits avec la pierre volcanique mais aussi avec les pierres d’un château du XIème siècle qui a disparu! Ainsi que que la chapelle d’origine et l’église du XVème.

Un château fantôme, un dôme d’orgues basaltiques, un vieux cimetière à l’abandon enfoui sous la végétation, un soleil de plomb, et pas les moindres volutes de brumes.

Des volcans endormis à perte de vue. Le tout donnant raison à Pierre. Une pure merveille.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À propos de desgensetdeslieux

L'intention est de mettre en lumière par les mots et la photo la poésie des terroirs. Les gens comme les lieux. Située au carrefour de l’histoire, de l’écriture et du multimédia, l’approche est impressionniste et sans prétention. À la base, le principe que l’on peut fréquenter un lieu des milliers de fois sans jamais qu’il ne donne à voir le même tableau.

Voir tous les articles par desgensetdeslieux

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

2 Commentaires le “Le château fantôme”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :