Ici

22/01/2015

Des lieux

PAR GILLES ORGERET

Matinée de bruine sur la lande. Des milliers de perles scintillantes s’accrochent aux cocons soyeux des nurserys d’araignées. La bruyère est peu fleurie cette année, conséquence des violentes tempêtes de l’hiver passé qui ont déposé des embruns chargés de sel jusqu’en haut des falaises.

La Bretagne du Cap Sizun rayonne dans toute sa splendeur. Un des derniers mondes paisible des côtes de France. Entre la pointe du Raz et Douarnenez, le cap Sizun et sa réserve ornithologique(1) sur la côte nord du cap attendent le promeneur ému de découvrir un espace où le temps semble s’être arrêté.

Ici on peut entendre le vent souffler dans les rémiges des goélands marins ou argentés qui passent en criant ou dans un silence en harmonie avec ce lieu magique.

Ici avec un peu de patience on peut observer le Faucon pèlerin et le Crécerelle.

Quelques couples de Fulmar boréal nichent dans les falaises. Ils partiront bientôt pour rejoindre la pleine mer. Pélagiques, dit-on de ces oiseaux qui vivent au large et ne rejoignent la terre que pour se reproduire.

Ici la mer gronde au creux des grottes de granite qui sapent la base des falaises. Elle tape fort contre la roche, vrombit dans les basses, prend son élan, se cabre et éclate ses vagues sur les rochers accores.

Ici, on peut rester des heures à tout simplement, être.

Les heures ont filé. Nous retrouvons une crique familière, presque familiale. Havre de paix et de calme où notre troupe évoluait au temps de l’enfance.

Un sentier rude et escarpé nous conduit à leur repère. Leurs yeux brillent de bonheur. On les savait dans le coin mais pas ce jour. Le hasard nous a fait nous rencontrer. Nos sourires en disent long sur ce hasard que nous aidons parfois.

Un vent venu du large a déplié une toile bleu-ciel, bleu mer. Bleu paisible. Un de ces bleus dont Charles a le secret et qu’il évoque avec tant d’émotions depuis tout là bas de l’autre bord de l’atlantique quelque part dans les Cantons de l’Est.(2)

Un vieux gréement sort de la baie de Douarnenez toutes voiles dehors.

Un bruant jaune chauffe sa mélodie discrète dans le soleil qui s’en va aux Amériques. Il fait nuit tard au plein ouest en été. Nous l’attendons, blottis dans un abri rocheux.

  1. Réserve du Cap Sizun
  2. Taquiner le bleu

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
, , , , , , , , , , , ,

À propos de desgensetdeslieux

L'intention est de mettre en lumière par les mots et la photo la poésie des terroirs. Les gens comme les lieux. Située au carrefour de l’histoire, de l’écriture et du multimédia, l’approche est impressionniste et sans prétention. À la base, le principe que l’on peut fréquenter un lieu des milliers de fois sans jamais qu’il ne donne à voir le même tableau.

Voir tous les articles par desgensetdeslieux

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

4 Commentaires le “Ici”

  1. warturoadam77p dit :

    A reblogué ceci sur itinerantneerdowellet a ajouté:
    If I may, I’d like to share some beautiful images, beautiful thoughts from a favorite blog.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :