Carnet de bord II

28/12/2015

Des lieux

«Le ciel est bleu, la mer est verte
Laisse un peu la fenêtre ouverte»

– Escale «Chanson de J Marèze. M Monnot 1937»

PAR GILLES ORGERET

Lundi 4 Août 2014. 20°C. Grand beau. Vent chaud et sec. Par la D45 toute de jaune vêtue sur la carte, nous quittons le cap de La Hague. Direction Cherbourg-Octeville. Nous pratiquons une sorte de cabotage terrestre qui en vitesse lente nous mène de cap, en baie, anse, crique et havre. La Manche lumineuse à bâbord.
Et de « ville en ville » pourrait-on dire, aux vues des patronymes des bourgs, lieux, hameaux, villages qui se terminent souvent par « ville »: Auderville, Danneville, Omonville, Digulville, Gréville, Urville, Nacqueville, Tonneville, Amfréville, Nouainville, Flottemanville, Ozouville,…Une étonnante litanie normande qui s’égrène comme un poème à la Prévert.
J’aime ces sonorités, moi le gone de Villefranche qui en été poussait son vélo jusqu’à Francheville, passant par Neuville ou Belleville. Et grimpait parfois à Cours la Ville.

Claude Nougaro quant à lui égrène son Toulouse, sa ville rose, d’une époque où son père, écrivait-il, «était son seul chanteur de blues », puis embraye sur son émouvant « Bidonville ».

« Donne-moi ta main camarade
J’ai cinq doigts moi aussi
On peut se croire égaux »

Au creux de l’Anse Saint Martin, Port Racine accueille notre frêle esquif. François Médard Racine, corsaire des XVIIIe, XIXe siècle pratiquait la course aux navires anglais et a fait construire ce, parait-il, plus petit port de France. D’où son nom.
Une véritable toile d’araignée de cordages coiffe cet étonnant minuscule havre.
La Manche est partie en mer emmenant avec elle la plupart des petits bateaux de pêche et plaisance qui s’y amarrent. Basse mer.
Loin au large, un énorme porte-conteneurs croise en direction du nord.
Hameau de Gruchy. Maison natale de Jean-François Millet. « l’Angélus», « Les Glaneuses » les plus connues sont au musée d’Orsay à Paris, mais ici nous découvrons le graveur, dessinateur et peintre de ce coin de côte qu’il affectionnait. Les rochers, la mer, le hameau, l’orme. Le temps s’arrête pour un temps. Nous sommes au XIXe. Millet fut paysan, devint peintre. Bergères, laboureurs, récolte des pommes de terre, cours de ferme, semeurs, vanneurs. Autant de sujets, témoins de son attachement à ses origines.
Allons où le vent nous pousse!
Cherbourg. On se baguenaude sur le port. Militaire, commerce, passagers. Les ferries qui desservent l’Angleterre et l’Irlande sont en chauffe.
Le cadavre sombre du pitoyable «REDOUTABLE» sous-marin nucléaire obsolète, monstre déchu, est calé à sec contre le bâtiment de La Cité de la mer. Espace muséographique dédié à l’exploration sous-marine.
Nous goûtons le plaisir de se retrouver, nous et nos semblables à errer sur les quais. Le nez au vent du large. Profitant, comme à Brest, des derniers quais encore accessibles aux badauds.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À propos de desgensetdeslieux

L'intention est de mettre en lumière par les mots et la photo la poésie des terroirs. Les gens comme les lieux. Située au carrefour de l’histoire, de l’écriture et du multimédia, l’approche est impressionniste et sans prétention. À la base, le principe que l’on peut fréquenter un lieu des milliers de fois sans jamais qu’il ne donne à voir le même tableau.

Voir tous les articles par desgensetdeslieux

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :