Du végétal au minéral

12/03/2016

Des lieux

«À l’âge adulte j’ai déambulé sur les hauteurs glacées.

Je ne frémis pas, bien que la tempête tourbillonne,

et de la profondeur des précipices, je ne suis pas effrayé. »

 

 – Milarépa (1040-1123) « Les Cent mille chants », traduction du tibétain « Marie-José Lamothe »

 

PAR GILLES ORGERET

Nous avons laissé les alpages éblouissants de floraison se balancer dans le vent des hautes vallées. Les rugissements des torrents se sont tus. Quelques bribes de leurs mélodies nous parvenaient encore au détour du sentier, portées par un vent venu des cimes. Maintenant le silence règne. Quelques fleurs acclimatées aux rudes conditions des hauts plateaux, discrètes, se cachent au ras du sol, à l’abri d’un éboulis, d’un pierrier: Androsaces, saxifrages, joubarbes, renoncules des glaciers, draves tomenteuses. Bientôt les lichens même disparaîtront.

Le monde minéral nous entoure. Erratique malgré ses apparences de force immuable. Des blocs se chevauchant détachés des cimes alentour suspendus dans leur élan, témoignent des mouvements alpins des millions d’années passées ou d’une avalanche du printemps dernier.

Nous nous souvenons d’un tremblement de terre en Vanoise à la frontière italienne, qui nous avait surpris et effrayés, alors que nous admirions les pelouses d’altitude vers les 2400m.

N’est pas Milarépa qui veut ! La montagne avait tressailli.

Pour l’heure il nous semble vivre un premier matin du Monde. Le minéral plus que le végétal me procure le calme, le paisible, l’origine en quelque sorte. Et même si l’eau est moins visible, enfouie sous la roche, autre élément primitif, elle est là. On la perçoit. Elle murmure son début de voyage depuis les glaciers tout proches, qui l’emmènera de torrents en rivières et fleuves jusqu’à la mer. Quelques perles turquoises, lacs de fonte des neiges et glaces parsèment les chaos rocheux.

Blottis au chaud d’un monstre rocheux nous goûtons le bonheur éphémère de ces lieux que nous rendrons à la solitude et au vent.

Au cœur de l’hiver, depuis mon village aux pierres dorées, j’aime imaginer ces lieux battus par le froid, les tempêtes, la neige.

Publicités
, , , , , , ,

À propos de desgensetdeslieux

L'intention est de mettre en lumière par les mots et la photo la poésie des terroirs. Les gens comme les lieux. Située au carrefour de l’histoire, de l’écriture et du multimédia, l’approche est impressionniste et sans prétention. À la base, le principe que l’on peut fréquenter un lieu des milliers de fois sans jamais qu’il ne donne à voir le même tableau.

Voir tous les articles par desgensetdeslieux

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

4 Commentaires le “Du végétal au minéral”

  1. francefougere dit :

    Merveilleux ! Merci 🙂

    Réponse

  2. Moonath dit :

    merci pour cette superbe balade…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :