Tous ces chemins

26/03/2016

Des lieux

Mon grand-père parcourait les routes d’Europe avec un ours.

Notre culture s’est construite sur des chemins pierreux, loin des villes.

En édifiant des murs, on empêche le vent de passer.

– Alexandre Romanès « cofondateur du cirque Romanès »

 

Notre sentier près du ruisseau

Est déchiré par les labours

Si tu venais, dis-moi le jour

Je t’attendrai sous le bouleau

– Félix Leclerc « Notre sentier»

 

Es mi destino

Piedra y camino

De un sueño lejano y bello, viday

Soy peregrino.

– Atahualpa Yupanqui « Piedra y camino »

 

PAR GILLES ORGERET

Tant de fois parcourus, en solitaire, l’âme errante. Avec ma douce. Les enfants. En groupe d’amis. Depuis l’enfance au siècle dernier et ses chemins de colonie de vacances qui accueillaient nos cris et nos chants d’un autre temps. De ce temps d’après les terreurs de la soi-disant dernière guerre, que je n’avais pas vécue, mais que tout autour de nous les adultes avaient encore en mémoire. Aux débuts des années cinquante.

Je crois même avoir pris le goût de cheminer à cette époque de l’insouciance. Je suis retourné quelques fois en ces lieux, avec prudence. Le passé ne se revisite pas sans quelques déceptions. Voire tristesse et grand spleen. Eh ! Nostalgie tu ne m’auras pas !

J’ai eu bonheur à retrouver en l’état et à parcourir une coursière, petit chemin de terre ainsi nommé dans cette région de Saône et Loire, bordé de chênes et de hêtres, entre des prés, qui raccourcissait le parcours que nous empruntions du village au château où se passaient nos vacances d’été d’enfants des villes envoyés au bon air, les dimanches, au retour d’une messe quasi incontournable.

Nous avions dévalisé l’épicerie aux parfums perdus où se mêlaient odeurs de saucissons secs pendus au plafond, fromages de chèvre dans leur cage et repas du dimanche qui mitonnait dans l’arrière cuisine, de ses bombons que nous nous partagions en marchant, courant, chantant sur ce chemin du retour.

Cette coursière, je me plais à croire que je l’ai multiplié par des coups de baguette magique, que la vie m’a prêtée, et me prête encore.

J’aime une certaine linéarité des histoires, des voyages, des randonnées. Même s’il m’est arrivé souvent de bifurquer. Pour le pire et le meilleurs. La ligne droite de certaines pistes et la sinuosité des sentes de montagne me plaisent également. Mais quel plaisir de quitter les sentiers battus.

Alors très souvent nous revenons de balade avec une poignée de photos dont la première représente le début du sentier, de la piste. Il y en aura d’autres tout au long du parcours, ponctuant le temps des randonnées, une sorte de mémoire vive et différée, jusqu’au retour au véhicule ou au gîte, à la tente. Au havre.

Tous ces chemins de soleil, de pluie, de neige, de brume, de poussière, de boue. Dans les montagnes, les vallées, les vallons. Dans le sable des longues plages désertes qui bordent l’océan de nos espoirs.

Tous ces chemins de villes et de campagnes. Chemins de nos vies. Aux tracés évidents, balisés ou cachés, invisibles, à inventer parfois. Rudes, souriants, peinards. Plombés de soleil, glacés de givre et de vent du nord. Semés d’embûches de rencontres.

J’en ai choisi une poignée sur des centaines. Modestes Haïkus en images qui revigorent les mémoires de l’espace et du temps.

 

C’est mon destin

Pierre et chemin

D’un rêve lointain et beau, ma vie!

Je suis un pèlerin

– Chantait Atahulpa Yupanqui (1908-1992)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
, , ,

À propos de desgensetdeslieux

L'intention est de mettre en lumière par les mots et la photo la poésie des terroirs. Les gens comme les lieux. Située au carrefour de l’histoire, de l’écriture et du multimédia, l’approche est impressionniste et sans prétention. À la base, le principe que l’on peut fréquenter un lieu des milliers de fois sans jamais qu’il ne donne à voir le même tableau.

Voir tous les articles par desgensetdeslieux

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

2 Commentaires le “Tous ces chemins”

  1. francefougere dit :

    Heureusement qu’on ne traite plus ainsi les ours, je me permets de le dire – restent les cirques
    Belles fêtes de Pâques 🙂

    Réponse

  2. Marie dit :

    Très jolies photos, chemins d’ici ou d’ailleurs

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :